D’origine d’Angola, la danse Kuduro signifie littéralement “cul dur” en langue portugaise. Considéré comme une danse et un style musical, le Kuduro est particulièrement apprécié par les Français. Si cette musique est souvent utilisée pour des séances de zumba, cette dernière se prête aussi bien aux boîtes de nuit.

L’origine du Kuduro

Inventé par Tony Amado, la danse Kuduro vient tout droit d’Angola, un État du Sud-Ouest de l’Afrique. Au fil du temps, ce style a été plébiscité au Portugal, où un grand nombre d’artistes s’en sont inspiré. De nos jours, la danse et la musique Kuduro sont également très réputées au Mozambique, à Sao Tomé, dans les Antilles, ainsi qu’au Brésil.

Le style musical kuduro s’inspire principalement de différents styles. La semba, une danse angolaise, le break-dance et certains instruments employés dans le milieu de l’électro et dans la musique africaine sont utilisés. En outre, les mélomanes ont tendance à comparer le kuduro au Kwaito, une danse sud-africaine et au baile funk, couramment pratiqué au Brésil.

Néanmoins, certains disent que le Kuduro présente des similitudes au Miami Basse. Initialement, le Kuduro était surtout diffusé dans les transports en commun. Il s’agit d’une musique composée avec des textes engagés et chantés la plupart du temps en langue portugaise. En somme, ce style de musique de plus en plus connu s’inspire du monde, de plusieurs instruments et de différentes tendances artistiques et nécessite plusieurs instruments.

La danse du Kuduro

Pour créer ce style de danse, Tony Amado s’est inspiré à la fois d’une danse venue tout droit d’Angola, le Malanje, mais aussi des mouvements de Jean-Claude Van Damme dans le film Kickboxer. À titre informatif, il s’agit du passage où le protagoniste danse en état d’ébriété. Au cours d’une interview exclusive avec le créateur, il précise que l’idée lui est venue en essayant d’imiter les pas de l’acteur Jean-Claude Van Damme lors de la scène de danse. En 1996, la danse du Kuduro commence à être connue.

Peu de temps après, la danse est boycottée par des médias angolais. Diffusé dans un premier temps dans les transports en commun, et plus précisément dans les taxis de Luanda, le Kuduro est ensuite diffusé dans les discothèques. Ce n’est qu’en 2008, soit 8 ans après sa création, que le style de danse et de musique inventé par Tony Amado se démocratise. Ce succès est amplifié grâce à Buraka Som Sistema, un groupe de Kuduro portugais qui a recours à ce style dans son album intitulé “Black Diamond”.

Les cours de zumba, rythmés par le Kuduro

Depuis de nombreuses années, la danse Kuduro est utilisée par les professionnels qui donnent des cours de zumba. L’objectif est d’exécuter des mouvements rapides sur un rythme effréné. Le Kuduro est de plus en plus enseigné à l’heure actuelle. Si ce style de danse plaît autant, c’est parce qu’il permet aux danseurs de personnaliser ses mouvements au maximum.

Il suffit d’assimiler les bases et d’y ajouter d’autres gestes avec les bras ou avec les jambes. Ce style de danse peut être dansé seul ou en groupe. Généralement, une chorégraphie avec plusieurs danseurs est bien plus stimulante et captivante. Il est aussi possible d’apprendre à danser le Kuduro en regardant des tutoriels dédiés à cette discipline.

Zoom sur les artistes qui se sont appropriés ce style

Un grand nombre d’artistes s’adonnent au Kuduro, comme Don Omar, un acteur dans les films Fast and Furious 4 et 5, King Kuduro, un groupe français avec le chanteur Obed ou encore Jessy Matador. L’artiste s’est fait connaître grâce à certains titres qui sont les suivants : il faut danser, Le son qu’il te faut ou Viens danser avec moi. Originaire d’Afrique du Sud, Dog Murras est également un chanteur de Kuduro. Il sortira 5 albums consacrés à ce style de musique.

En 2011, Titica a notamment été élue « meilleure artiste de Kuduro de l’année ». À l’instar du créateur Tony Amado, elle est aussi originaire de Luanda. De nos jours, le Kuduro ne figure pas encore au palmarès des ventes ou des sites de streaming musical dans l’Hexagone. En outre, ce style de musique est encore peu connu en France. Les artistes qui sont connus dans d’autres pays pour ce style musical ne sont pas encore très écoutés en France.

Toutefois, le Kuduro est en passe de se démocratiser davantage dans la culture populaire française. Bien souvent, les Français ont découvert ce style à part entière lors d’un cours de Zumba. Plutôt facile à maîtriser, cette danse africaine s’apprête parfaitement aux sessions de sport intenses. Les mouvements du Kuduro peuvent aussi être effectué sur d’autres styles de musique.