Dans le monde de la photographie, les résultats de capture sont souvent sortis sous des formats spécifiques selon l’objectif ou l’usage qui en sera fait. Au nombre de ces formats, les plus connus du grand public sont : le JPEG, le PNG, le BMP, le GIF, le TIFF, etc. Chez les professionnels de la photo, il y a un format souvent très utilisé et peu connu du grand public, qui est le format de fichier RAW. Nous vous en disons plus ici.

Aperçu général du format RAW

Le mot RAW vient de l’anglais et signifie « brut » autrement dit non travaillé. En photographie, l’expression désigne le format d’un fichier généré par un appareil photo numérique ou un périphérique d’acquisition. Il peut par exemple s’agir du scanner (appareil servant à numériser une photo papier pour obtenir un fichier numérique). Le RAW contient l’ensemble des données ou informations brutes générées par le capteur de l’appareil photo.

Il peut être ainsi considéré comme l’équivalent du négatif argentique, car il donne en général des informations sur les données de prise de vue. Ainsi, grâce à lui, vous pouvez en apprendre un peu plus sur les réglages d’exposition, la vitesse ou l’ouverture du capteur. Il renseigne aussi sur la marque, le modèle, le type d’objectif de l’appareil.

Spécificités

Le Format RAW est une expression générique, car selon le constructeur ou la marque de votre appareil le nom donné peut différer. C’est le cas par exemple des modèles suivants : Canon (CR2), Nikon (NEF), Fuji (RAF), etc. Malgré ces appellations, ces formats usines restent des fichiers bruts, c’est-à-dire RAW. Le RAW est un format d’archivage, car il présente une plus grande facilité de traitement dans le futur.

Par ailleurs, pendant que les formats usuels peuvent facilement s’afficher sur tous les systèmes d’exploitation, le RAW ne s’affiche que sur Windows 7 et plus. Avec le format RAW, tous les enregistrements se font de façon non destructive. Vous pouvez donc modifier et sauvegarder vos images aussi souvent que vous le voulez sans aucune dégradation.