De nombreuses personnes ont déjà fumé un ou même plusieurs joints dans leur vie, afin de goûter ou de se détendre. Heureusement, ces personnes ne sont pas toutes devenues accro. D’autres sont devenus des consommateurs réguliers et, aujourd’hui, ne peuvent plus s’en passer ou bien, difficilement. Lorsqu’une personne de notre entourage, adolescent ou adulte, commence à fumer des joints régulièrement, il est possible de le deviner. Fumer tous les jours du cannabis et réussir à le cacher, ce n’est pas simple.

Un premier joint consommé durant l’adolescence

L’adolescence, le moment des premières expériences. C’est souvent durant une soirée que les jeunes consomment leur premier joint. Une connaissance ou un ami propose, et la tentation est forte, “pourquoi ne pas essayer ?”. Certaines personnes vont vivre une expérience qui vont leur plaire, mais sans plus, d’autres ne vont pas du tout aimer et ne vont jamais retenter, et les plus sensibles au cannabis vont vouloir retenter très vite et vont devenir des consommateurs réguliers.

Vous l’avez compris, l’entourage compte lorsqu’on commence à consommer ce type de substance. Si vous ne connaissez personne fumant de cannabis, il est possible que vous n’ayez alors jamais l’occasion de tester. Par contre, si un ou plusieurs de vos proches sont des consommateurs réguliers, le risque que vous deveniez, vous aussi, un consommateur régulier est plus élevé. En tant que consommateur régulier, vous vous exposez à des effets secondaires pouvant être néfastes pour votre santé, des effets physiques, psychiques et sociaux. Et, il sera difficile pour vous de le cacher à votre entourage.

Les indices physiques présents sur une personne fumant des joints régulièrement

Une étude américaine a été réalisée en 2016 afin de détecter les détails physiques pouvant indiquer, voire prouver, qu’une personne fume du cannabis quotidiennement. Sur le corps, une partie est bien plus traitre que les autres et il est impossible de la cacher : le regard. Les personnes ayant fumé un joint vont avoir un regard différent. L’aspect des yeux va permettre à l’entourage d’un fumeur, et même aux personnes croisées dans la rue, de supposer qu’il  y a eu consommation de drogue. Il est aussi possible de se fier aux expressions faciales afin de deviner si une personne a fumé un joint ou non. La capacité ou non d’une personne à sourire peut indiquer si elle a fumé. Il est possible que pour remarquer ce détail en particulier, il faille déjà bien connaître la personne.

Le style vestimentaire peut aussi vous mettre sur la piste. Toutefois, il ne faut pas tomber dans les clichés. Une personne avec une coupe de cheveux originale ou bien des vêtements négligés, n’est pas obligatoirement une personne consommatrice.

Les effets du cannabis sur le corps humain

Le cannabis étant une drogue, la consommation de cette plante va provoquer des réactions sur le corps humain. Ces réactions apparaissent dès la prise et peuvent rester présentes pendant plusieurs heures. Elles vont totalement dépendre des personnes et seront souvent très différentes d’une personne à une autre. Cela va aussi dépendre de la dose et de la variété de cannabis consommées. Juste après avoir fumé un joint, un sentiment de bien-être s’empare du corps. Des personnes peuvent alors s’endormir ou devenir totalement inactives, d’autres peuvent développer une sorte d’euphorie. Face à une situation totalement normale, ils peuvent surréagir. Cette réaction, souvent apparentée à de l’euphorie, est due à la rencontre entre le cannabis et les neurotransmetteurs, notamment la dopamine.

Les yeux, comme dit plus haut, ils trahissent tous les fumeurs. Certaines personnes vont plus réagir que d’autres, mais la plupart du temps, après avoir fumé un joint, on peut avoir les yeux rouges pendant plusieurs heures et les pupilles dilatées. Il est possible d’avoir du sang dans les yeux, ou de développer des conjonctivites.

De plus, un fumeur de tabac ou de cannabis a toujours du mal à cacher l’odeur sur ses vêtements, sur ses doigts, de son haleine… Fumer du cannabis régulièrement peut provoquer un assèchement de la bouche. Juste après un joint, de nombreuses personnes ont ce que l’on appelle “la pâteuse”. Ils vont avoir du mal à mâcher certains aliments et avoir la bouche très sèche. Ils vont aussi ressentir une forte envie de manger ou bien, en tant que grand consommateur de joints, sauter des repas.

Une baisse de productivité et des sautes d’humeur

Fumer du cannabis au quotidien a un impact néfaste sur le cerveau et le corps humain. Cet impact provient de la présence de THC dans la plante, un puissant psychoactif. Les activités physiques seront moins régulières et surtout, plus difficiles à réaliser. Une sensation d’épuisement et d’affaiblissement du corps seront ressentis par le fumeur.

Au niveau des facultés mentales, la mémoire peut être atteinte. La mémoire immédiate sera touchée et altérera les performances scolaires ou professionnelles. Il sera difficile pour la personne de se concentrer et de rester vigilant. C’est pour cela que les personnes ayant consommé du cannabis récemment ne peuvent pas conduire.

Fumer des joints pendant une longue période peut provoquer des états dépressifs et des épisodes de paranoïa, des troubles du sommeil, des hallucinations… Si cela vous arrive, nous vous conseillons d’en parler avec un médecin généraliste. Cela peut, chez certaines personnes, devenir irréversible. Une forte consommation peut provoquer des nausées, des douleurs abdominales et des migraines. Socialement, cela peut devenir compliqué à vivre. Totalement ailleurs et dans son monde, une personne addict va s’éloigner de ses proches, s’isoler avec des personnes qui fument aussi, ou bien préférer fumer seul.

Source : https://cannabis-france.com/comment-reconnaitre-fumeur-joint-cannabis/